L’arrivée de l’hiver coïncide avec une augmentation nette des incendies domestiques. C’est en hiver, de décembre à mars, que les incendies domestiques sont les plus nombreux, quand les chauffages de tout type (poêle, cheminée, chaudière…) fonctionnent à plein régime. Ils se produisent surtout le soir et la nuit (à 41 %), et sont plus meurtriers la nuit (70 %).

Un danger sous-estimé et méconnu des Français. La majorité de ces sinistres a en effet lieu entre décembre et mars, quand le froid pousse les Français à rester davantage chez eux, à utiliser des chauffages plus ou moins aux normes et à profiter de leurs cheminées. A la veille de cette « saison des incendies », l’Observatoire de la sécurité des foyers (OSF) met en garde les Français sur ce danger et rappelle les comportements à adopter pour minimiser les risques.

L’incendie domestique, un sinistre fréquent et en hausse

L’acteur majeur de l’assurance Covéa, regroupant les marques MAAF, MMA et GMF, le spécialiste de la télésurveillance Verisure et le leader de l’expertise des sinistres Saretec ont lancé en 2019 l’Observatoire de la sécurité des foyers avec un objectif : contribuer à une meilleure connaissance des risques et à leur prévention auprès du grand public. En novembre 2020, l’OSF avait dévoilé les résultats d’une enquête inédite réalisée par OpinionWay pointant la méconnaissance des Français face au risque incendie. L’Observatoire avait également édité un livre blanc pour accompagner les Français face à ces sinistres.

A la veille de l’arrivée du froid, l’OSF souhaite sensibiliser les Français sur les incendies domestiques. Ceux-ci sont loin d’être anecdotiques puisqu’il s’en produit un en France toutes les… 2 minutes ! Leur nombre a bondi de 50 % en dix ans. En 2020, on dénombre plus de 210 000 incendies domestiques sur environ 3,6 millions de sinistres «habitation» indemnisés par les assureurs soit une proportion non négligeable de 6 %.