Science fiction au coeur de Rennes

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

La fin de journée approche. Le train file vers Rennes. Vers chez moi. J’ouvre mon ordinateur portable et me connecte via internet à ma page d’accès personnelle.
Mon ordinateur reconnaît ma voix et m’autorise l’accès au site dédié à ma maison. Je clique sur l’icône de l’hôtesse qui me prévient qu’une personne est passée chez moi cet après midi. Le portier électronique à enregistré un message vidéo du livreur de l’épicerie du coin qui me confirme avoir déposé ma commande dans la cuisine. Heureusement j’avais pensé à lui autoriser l’accès à la maison entre 14h00 et 15h00, la reconnaissance digitale de la poignée de porte lui a donc permis d’entrer. Est-ce qu’il a pensé à livrer les poireaux ? Je clique sur l’icône de la gardienne virtuelle et choisi la webcam de la cuisine. L’orientant à l’aide de ma souris, je vois effectivement les longues feuilles vertes dépassant du paquet déposé sur la table. Tout va bien. Ah! j’ai un message du cyber-technicien ! Je clique sur son icône.
« Le robinet du lavabo fuit et la lampe du frigo est grillée » m’indique-t-il. Je lui demande donc de prendre rendez-vous avec le plombier et de commander une ampoule neuve chez l’électricien. Au passage je lui demande de monter un peu le chauffage. Il a fait frais aujourd’hui et je voudrais rentrer dans une maison douillette après avoir passé ma journée dans le train.
J’arrive enfin chez moi. J’attrape la télécommande générale et effleure du doigt mon icône personnelle. Aussitôt la chaîne diffuse mon morceau de musique préféré, les volets descendent et la pièce s’illumine de l’ambiance lumineuse que j’ai choisie au début de l’hiver. L’écran plat pendu au mur comme un tableau affiche une petite enveloppe. Un email de Maman ! ça fait toujours plaisir. « N’oublie pas: demain c’est l’anniversaire de Papa… »
Ah oui !… bon, faut qu’on s’organise. Je clique sur l’icône de Maman et celle de ma soeur. Comme d’habitude à cette heure là, elle sont devant leurs ordinateurs. Chacune dans leur petite fenêtre vidéo, elles me donnent leurs idées de cadeau. Je fouille ma base de donnée et trouve un vieux film super8 que j’avais compressé en MP4. Marrant. Je le fais glisser sur l’écran où s’agite ma soeur. C’est elle qui est chargée d’organiser tout ça. « Je viens de le recevoir, merci. » dit-elle. « Il faudrait une musique pour l’illustrer ».
« J’ai trouvé la chanson des Stones sur laquelle on s’est connu! » dit Maman. « Je la télécharge et te l’envoie ». « OK. A demain, salut! »
Au fait, ce soir je sort… il faut que je me change. Je branche ma veste sur un site de téléchargement de motifs. Tiens, pas mal ce gris avec son petit motif ton sur ton… très rital… Allez, je prends. En quelques secondes, le tissus change de couleur. Prêt pour la soirée !
Tout ceci n’est pas de la science fiction. C’est (presque) arrivé près de chez vous.
Les Ateliers de Créativité de France Télécom – recherche et développement – situés à Rennes abritent en leurs murs un appartement entièrement dédié aux idées, délires et lubies des techniciens de l’entreprise. La branche interactions humaines, est en fait un groupe de réflexion dont l’objectif est de fournir joyeusement tout un tas d’idée novatrices, réalistes ou farfelues, sur le thème des nouveaux concepts de communication. Les techniciens, développeurs et ingénieurs se chargent d’en faire un prototype ou une démo. Tout ceci est rassemblé dans un appartement, au sein du complexe, appelé « maison communicante ». Cette habitation montre toutes les applications possibles dans le domaine grand public.
La démarche est intéressante dans la mesure où il n’est aucunement tenu compte de la faisabilité des choses.
La visioconférence familiale par exemple n’est pas impensable aujourd’hui mais elle suppose une architecture réseau qui n’existe peut-être pas encore. Celle que l’on voit dans la maison communicante est donc une démo. Le e-wear (vêtements à motifs téléchargables) vient en revanche d’être mis au point. France Télécom a en effet trouvé un fabricant capable de tisser des fibres optiques. Bientôt (quand?) il sera possible de passer devant une borne ou de brancher ses vêtements sur internet pour en changer la couleur. Pourquoi pas la moquette ? les murs ?…
Il y a quelques années c’est ce même atelier qui inventait l’annuaire électronique. Un doux délire dont on ne voyait pas forcément l’utilité. Aujourd’hui, le minitel est pratiquement dépassé et les Ateliers Créatifs s’attachent désormais à inventer l’internet d’après demain. Des apprentis sorciers de notre quotidien futur.
Vous êtes intéressés par cet article ? Contactez jean-marie oriot

Domotique News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche

Recherchez un article par mot-clé:​

Le mensuel

Domotique News, éditée depuis 1988, est la première lettre des espaces de vie intelligents en Europe.

Vous voulez découvrir un exemplaire de notre revue et rejoindre nos newsletter?

Suivez-nous sur les réseaux

Articles récents

Commentaires récents

Rejoignez notre newsletter

Et recevez nos actualités, directement dans votre boîte mail !

Retour haut de page