En lançant le plan de développement de l’économie numérique, le gouvernement cherche à faire rattraper le retard accumulé par la France dans le domaine des technologies. La Maison Numérique sera abordée dans le prochain rapport «France Numérique 2025».
L’économie numérique est le principal facteur de gain de compétitivité des économies développées. Elle représentera 30 % de la croissance mondiale avant 5 ans. Même si l’on sait que les investissements dans l’économie numérique sont les plus productifs, la France consacre des budgets trois fois plus faibles que les pays d’Europe, le Japon ou la Corée. Le plan est donc destiné à faire décoller l’économie nationale. Il repose sur quatre priorités : permettre à tous les Français d’accéder aux réseaux et aux services numériques, développer la production et l’offre de contenus numériques, accroître et diversifier les usages et les services numériques dans les entreprises, les administrations et chez les particuliers et enfin, moderniser notre gouvernance de l’économie numérique. L’Internet a déjà modifié le comportement de plus d’1,5 milliards d’individus sur la terre. On reconnaît aujourd’hui que l’Internet haut débit constitue, comme l’eau ou l’électricité, une commodité essentielle. Malgré tout, on évalue entre 2 et 4 millions de Français exclus de la société de l’information. Nous l’avons répéter à plusieurs reprises dans ces colonnes, la France souffre d’une trop faible contribution des TIC à sa croissance et d’une faiblesse économique dans les domaines du logiciel et des services en ligne. Le rapport ne cache pas nos faiblesses : « La France n’a presque aucun acteur de taille mondiale dans les industries d’Internet. Aucune société française ne figure parmi les 15 premières sociétés éditrices de logiciels. » Les acteurs de la Maison Numérique et des services associés, doivent jouer un rôle beaucoup plus important dans l’économie numérique. En particulier pour « diversifier les usages et les services numériques chez les particuliers et accroître l’accès des français aux équipements et services numériques. » A partir de 2010, date à laquelle sera instauré un pré-câblage obligatoire en fibre optique dans tous les immeubles, il faudra bien que les services et les usages soient prêts afin de convaincre les utilisateurs et justifier ce déploiement du très haut débit dans les foyers. De même convient-t-il de démontrer et prouver aux habitants que les réseaux à très haut débit constituent une attractivité des territoires. Les Français n’ont pas encore véritablement saisi, semble-t-il, l’importance de l’informatique. 47% des foyers ne disposent pas d’un ordinateur et la France se positionne seulement au 14e rang des pays européens. 45 % de la population française ne se connectent jamais à Internet et 44 % des foyers français n’utilisent pas les services de télévision numérique. On comprend alors pourquoi il faut attendre le rapport « France Numérique 2025 » pour aborder la Maison Numérique….
Bruno de Latour
Pour lire toute la lettre abonnez-vous.
dn227g