A la grande fête de l’électronique américaine de las vegas, au début du mois de janvier, les “écrans tablettes” ont connu un vrai succès de curiosité. Sur son stand Microsoft participait à l’évènement avec MIRA. Il s’agit d’un écran-tablette sans fil, utilisant la technologie de réseau sans-fil 802.11b ou w i-fi. Avec un débit de 11 Mbits par seconde, dans un rayon de 50 à 100 mètres. Cette interface doit permettre l’accès aux fonctions de Windows depuis de grandes icônes et éventuellement en associant l’écran à une télécommande D’ici à 2005 90% de la puissance de traitement d’un poste de travail sera consommé par les technologies relatives à l’interface homme-machine et aux fonctions de collaboration. Objectif : donner à l’utilisateur la possibilité d’évoluer librement dans son logement tout en restant connecté.

Mira est une sorte de télécommande domestique universelle, couplée à un terminal internet. Elle permet d’accéder aux applications en ligne via le PC mais peut aussi directement commander la télévision, le tout grâce aux réseaux locaux sans fil. Cette seconde naissance de la domotique est logique pour l’industrie informatique, qui cherche à inventer l’après PC, en travaillant sur les consoles de jeu, la télévision et surtout le téléphone mobile.

Au foyer comme dans l’entreprise, Microsoft justifie la nécessité de la puissance nécessaire pour franchir un pas décisif dans des domaines comme la reconnaissance vocale et l’usage de la vidéo et de l’audio dans les applications collaboratives.

Il faut s’attendre dans les prochains mois à une redéfinition complète du concept d’ordinateur individuel.