Tout le monde s’y met. Les aéroports, les cafés, les écoles, les grands hôtels, les villes… allons-nous tous être ” wifisés ” ?

Aux Etats-Unis, il existe plus de trente groupements visant à promouvoir l’installation de services Internet sans fil ou Wi-Fi en particulier dans les villes de San Francisco, Long Beach (Californie), Seattle (Washington) et Jacksonville (Floride). Long Beach sera la première ville à mettre à la disposition de ses habitants une aire de connexion gratuite couvrant d’abord quatre pâtés de maisons dans le centre ville. Ce service devrait être rapidement étendu à la marina et à l’aéroport. La ville assume les frais de la connexion Internet et des entreprises locales comme Vernier Networks de Mountain View fournissent les équipements nécessaires. Cette “île Wi-Fi” est considérée par les planificateurs de Long Beach comme faisant partie du renouveau urbain. Autour de San Francisco, le Bay Area Wireless Regional Network prévoit la mise en place, dès cette semaine, d’une aire connectée d’un rayon de 12 km couvrant le sud de la ville.

Depuis quatre mois, l’aéroport international de Birmingham (BIA) cinquième aéroport du Royaume-Uni. (avec 6,9 millions de passagers en 2001), est devenu le premier aéroport britannique Wi-Fi après l’installation d’un “point chaud” (hot-spot) à vocation commerciale. Situé physiquement dans le second terminal de l’aéroport, le réseau hertzien Wi-Fi est accessible dans tout l’aérogare. Les principaux bénéficiaires : Les hommes d’affaires, dont les besoins en Internet sans fil ont inspiré les responsables du BIA. Pour profiter de la connexion, ces clients doivent disposer du matériel adéquat (une carte de connexion compatible) et s’abonner à l’une des formules payantes proposées par l’aéroport (une demi-heure, une heure, une semaine ou un mois de connexion).