Le passé nous montre clairement ce qu’il ne faut pas faire et le présent nous donne des indications sur ce qui serait souhaitable de proposer pour satisfaire le marché. Le portrait robot du système domotique idéal est le suivant:
Un système à l’architecture entièrement décentralisée, utilisant de manière fiable les courants porteurs comme support de transmission principal. Ce système doit incorporer des souches applicatives correspondant à tous les besoins du marché résidentiel pour obtenir l’Interopérabilité de fait entre appareils compatibles dans une approche globale multi-métiers. Il doit également être “future proof’, simple à installer et à utiliser. Sa mise en oeuvre doit pouvoir se faire avec des composants électroniques de technologie standard peu coûteuse.
La synthèse de toutes ces contraintes aboutit à la résolution de problèmes qui sont d’un ordre de complexité supérieur à ce que la plupart des industriels agissant sur le marché résidentiel ont l’habitude de traiter.
Le niveau élevé de complexité vient du fait qu’il s’agit d’un système à intelligence répartie et que des stimuli locaux peuvent avoir des répercussions distantes difficiles à maîtriser. Des procédures de contrôle permanent de cohérence doivent être mise en place pour garantir la non-divergence du système au cours du temps même en cas “d’accidents” réseau ou d’erreurs de la part des utilisateurs.
Par ailleurs, l’investissement que représente une telle étude a peu de chance de pouvoir être rentabilisée dans le cadre d’un seul métier. De plus les forces de développement à mobiliser à temps plein sur ce sujet sont hors de portée des petites ou moyennes entreprises.
La méthodologie à mettre en place pour mener a bien une telle étude est également peu habituelle. En effet il s’agit d’une approche “down-top-down”. Tout part du recensement des besoins de base à satisfaire dans chaque métier associé au marché visé, puis dans un second temps, entreprendre un travail de synthèse afin d’obtenir une solution globale unifiée. Le troisième temps est celui de l’application en retour dans le cadre de chacun des métiers concernés.
Cette approche est la seule susceptible d’apporter une réponse satisfaisante au problème. Les méthodes traditionnelles du type “down top” qui partent d’une solution valable pour un métier donné et qui vise à l’extrapoler pour qu’elle convienne à d’autres cas d’application ou les approches “top-down’1, telles que celles qui ont été mises en oeuvre dans les programmes européens ou par une société américaine qui prétend détenir le système universel, conduisent à des solutions pour le moins peu satisfaisantes.
L’ attentisme des grandes compagnies résultant de leurs échecs passés fait que seules des entreprises de tailles moyenne sont en mesure de faire désormais décoller le marché de la domotique or, la technologie nécessaire n’est à leur portée directe ni en terme de compétence ni en terme de capacité d’investissement.
Face à ce problème apparemment insoluble, EURO CP, et leurs partenaires ont mis en place GHS (Global Home System) dans une puce offrant 31 applications communicantes différentes avec de nombreuses variantes possibles pour chacune de ces applications. Ce composant est disponible sur le marché à un coût raisonnable. La puce GHS permet à quiconque capable de réaliser l’assemblage de quelques composants électroniques sur un circuit imprimé de réaliser un produit fini communicant et de fait interopérable avec les autres produits compatibles 0115. 
Le grand nombre de variantes offertes permet une personnalisation des produits sans perdre le bénéfice de I’interopérabilité. Aucune écriture de logiciel n’est nécessaire ni aucun investissement lourd en outil de développement.
Les 31 applications contenues dans ce composant ont été choisies pour satisfaire d’emblée au moins 80% du marché de l’équipement des locaux résidentiels et petit tertiaire. 
Tous les besoins de base sont couverts: contrôle de l’éclairage pour tous les types de sources lumineuses (incandescence secteur ou basse tension, fluorescence …), contrôle de la ventilation sous toutes ses formes, contrôle de tous les types d’ouvrants motorisés, contrôle de vannes de toutes technologies, tous les types de commandes à distance permettant de piloter les ressources précitées et encore bien d’autres possibilités.
Les produits finis construits autour de cette puce sont d’une grande simplicité d’installation et d’utilisation tout en offrant des performances hors du commun.