Image et son de haute qualité, interactivité, tels sont les atouts de la télévision numérique terrestre (TNT), qui a commencé a émettre le lundi 1er décembre au Japon.. 12 millions de foyers des régions de Tokyo, Osaka et Nagoya ont accès à ce nouveau mode de diffusion. Selon les prévisions, la couverture devrait être de 23 millions de foyers en 2005, pour atteindre 48 millions en 2011, date a laquelle la télévision analogique traditionnelle devrait cesser d’émettre. Cette transition de l’analogique vers le numérique coûte cher : 400 milliards de yens a la NHK, 808 milliards de yen a l’ensemble des autres chaînes, et 108 milliards de yen a l’état. Les retombées économiques devraient cependant être a la hauteur, puisqu’elles sont estimées a 200.000 milliards de yen. Ce passage a l’ère numérique devrait en effet notamment s’accompagner d’un renouvellement important des équipements audiovisuels des foyers. Après l’indispensable acquisition d’un téléviseur compatible, souvent a écran plat, les consommateurs se tournent vers les enregistreurs de DVD, qui permettent d’archiver des émissions tout en conservant la qualité numérique d’origine. D’autres perspectives s’ouvrent également avec ce changement de technologie, comme la possibilité de recevoir la télévision sur son téléphone mobile ou celle d’accéder a des services interactifs. L’enjeu est de passer “d’une télévision que l’on regarde a une “télévision que l’on utilise”.

(source: Domotique News n° 174 – décembre 2003)