Une régression de 12 % par rapport à l’année précédente. La Gestion Technique des Bâtiments (GTB) se retrouve au dessous du niveau de 2006. La crise du bâtiment frappe les lots techniques.
Avec un montant évalué à 74,8 M€ en 2009, le secteur de la Gestion Technique des Bâtiments connaît une régression sans précédent par rapport à l’année 2008, avec un recul de 12%. Le resserrement des budgets, les projets retardés par manque de financement, la crise du bâtiment qui brouille la visibilité, sont quelques unes des causes de ce coup de frein du marché. Seules les unités de faible capacité ne régressent pas, note le syndicat ACR. Pourtant de nombreux éléments favorables sont réunis puisque l’on dispose désormais de protocoles de communication normalisés ainsi que d’une mise en oeuvre effective de la directive européenne EPBD sur l’efficacité énergétique des bâtiments (norme EN NF15232 relative aux calculs de l’efficacité énergétique de la GTB) ≪ Dans l’ensemble, l’année 2009 a été défavorable puisque le marche francais de la régulation et de la GTB est passe d’une croissance de 5,1% a une régression de 6,5% » souligne Dan Napar, président du syndicat ACR. On retrouve l’environnement de crise sévère qu’avait traversé le bâtiment en 1994. Même en étant certains de récupérer leur investissement sur 3 à 5 ans les responsables ne se décident pas à investir. Il faut sans doute attendre une réglementation plus contraignante des décisions politiques, des rapports sur l’efficacité énergétique (comme ceux des parlementaires Bizzeaux et Bataille) pour que les décideurs relancent leurs investissements dans les lots techniques du bâtiment. L’année 2010 ne devrait pas être meilleure, pronostique le syndicat ACR déterminé dans sa recherche des plus hautes performances en gestion et régulation des énergies. Parmi les produits qui tirent leur épingle du jeu, il faut noter celui des régulateurs programmables communicants, en particulier ceux qui disposent de protocole ouvert. Ils ont progressé de 25 en un an ! Pour le consommateur, l’efficacité l’emporte désormais sur le prix. Comme nous l’avions écrit l’an passé, ce sont bien les services qui sont porteurs d’espoir. En 2009, malgré les difficultés ambiantes, ils enregistrent une croissance de 6% (en particulier dans la rénovation). Les constructeurs ont su mériter la confiance des utilisateurs qui font appel à eux sans hésiter, en particulier pour adapter des matériels et des logiciels aux exigences de l’efficacité énergétique. Plus on cherche à réaliser des ouvrages basse consommation, plus l’importance de disposer d’une gestion technique des bâtiments (GTB) associée à un système de régulation efficace (thermostat…) devient grande. Aujourd’hui il existe enfin un référentiel destiné à caractériser ces dispositifs, le CSTB et l’association Eubac ont d’ailleurs travaillé ensemble au développement de méthodes d’évaluation à l’échelle européenne.
Mais ne manquerait-il pas à la GTB une dimension environnementale ? Les dernières études ( cf Benchmark group) prouvent en effet que les consommateurs sont de plus en plus attentifs à ce que les produits soient respectueux de l’environnement. Ils sont par exemple 61% a déclarer être sensibles aux matériaux de construction et de rénovation.
245g