Comment les multiples appareils électroménagers peuvent-ils résister à la révolution numérique ? En Juin 2012, Panasonic a lancé un four vapeur micro-ondes et un autocuiseur de riz à induction “connectés”. Il est possible de choisir une recette et de programmer la cuisson de ces machines via une application smartphone Google Android. La société tire donc avantage du “cloud” pour contrôler ces machines. Sur cette lancée, Panasonic et quelques concurrents, s’apprêtent à lancer à l’automne 2012 au Japon, de nouvelles machines pouvant être connectées au “cloud” : une série de climatiseurs, un réfrigérateur, des machines à laver ainsi que des appareils dédiés aux soins de santé comme une balance impédancemètre, un compteur de calories ou un appareil de mesure de la pression sanguine. Toutes ces machines utilisent la technologie sans contact NFC (Near Field Communication). Le smartphone disposant d’un lecteur/enregistreur NFC sert d’interface entre la machine et le “cloud”. La portée de cette technologie étant limitée, ces machines ne pourront donc communiquer avec le “cloud” que si l’utilisateur se trouve à leur proximité. Le climatiseur est en revanche capable de se connecter à Internet sans passer par un smartphone, car la possibilité de le régler à distance est une caractéristique importante. Néanmoins, un appareil appelé “passerelle sans-fil” permettra de faire le lien entre le climatiseur (disposant d’un liaison sans-fil spéciale) et le réseau Wi-Fi du domicile.