Un mariage de raison. En réalité tout a commencé par la préoccupation énergétique,
au milieu des années 80, avec le concours des Tableaux de Bord et de Commande Domestique (TBCD). A partir d’un Minitel il était possible de surveiller sa consommation d’énergie, et de contrôler
assez simplement son environnement (éclairage et appareils ménagers). En arrière plan, une volonté d’apporter une meilleure efficacité énergétique dans les bâtiments. Vingt cinq ans plus tard, sous l’impulsion de la Fondation Bâtiment Énergie naît le concept INT 2. Il est développé par les sociétés France Énergie et le bureau d’étude Barbanel. Un progrès considérable depuis les temps anciens du
programme TBCD. Le nouvel outil vise à l’amélioration de la performance énergétique des bureaux grâce à la mise en œuvre d’un nouveau concept de façade multifonctionnelle pour un bâtiment à intelligence énergétique et bioclimatique intégrée. Une approche technique innovante qui vise à réduire de 50% la consommation énergétique (base RT 2005) et les émissions de CO2 durant la phase d’exploitation d’un immeuble de bureaux. Il s’agit d’un module technique qui s’intègre dans le bâtit. Il intègre toutes les fonctions de pilotage des systèmes (pilotage de la ventilation et du traitement
thermique, pilotage de l’éclairement, gestion des stores). Un élément du bâtiment qui, comme un périphérique informatique, est plug & play. Les points forts de ce nouveau concept encore à l’état de prototype sont légion : suppression des faux planchers, suppression des gaines, ventilation naturelle, optimisation énergétique, pré-câblage. Espérons qu’après les bureaux, le concept sera décliné pour les habitations. Tout reste à faire. Aujourd’hui, la maturité des technologies et le volontarisme des pouvoirs publics donnent une forte impulsion aux enjeux de l’efficacité énergétique. Chez nos voisins allemands, on annonce que la branche énergétique connaitra un boom d’ici 2020. Une étude récente
McKinsey prévoit que les technologies et services dans le domaine énergétique peuvent créer
850.000 nouveaux emplois d’ici 2020. En Allemagne aujourd’hui, environ 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires sont réalisés dans les branches dans lesquelles l’énergie et l’efficacité énergétique jouent un rôle important.
Bruno de Latour
235g