Existerait-il un matériel électronique, informatique à haute performance énergétique qui aiderait à protéger l’environnement ? Allons-nous vers une éco-conscience des habitants et des professionnels de l’habitat ?
Nous appelons toutes les entreprises IT a développer et vendre des ordinateurs, moniteurs et imprimantes à efficacité énergétique croissante. Nous souhaitons de plus que ces entreprises informent mieux leurs clients sur les possibilités d’économie en énergie du matériel“. C’est une véritable sonnette d’alarme que tire l’Eco-Institut de Freiburg (Institut de recherche écologique – Freiburger Oko-Institut) en s’adressant officiellement à l’industrie des technologies de l’information (IT) allemande.  Il souligne qu’avec l’utilisation d’Internet, des ordinateurs, des écrans, des imprimantes, les particuliers contribuent à plus de 6% de l’ensemble des effets sur l’environnement.
La consommation énergétique annuelle d’un ordinateur avec une moyenne de 4 heures de fonctionnement par jour s’élève, d’âpres les calculs de l’Eco-Institut, entre 88 et 787Kwh. Il apparaît donc urgent que « La maison de demain » se soucie du développement durable.  Sa conception doit intégrer dès l’origine son système domotique qui va gérer la gestion énergétique. D’où notre concept DomoGreen. Il s’inscrit dans cet enjeu majeur, sur lequel la France a pris un peu de retard. Comment gérer les systèmes multi-énergies que commence à proposer certains constructeurs comme De Dietrich, sans un système domotique ? L’ « éco-conscience » qui commence à saisir à la fois les habitants et les professionnels de l’habitat entraine des contraintes énergétiques qu’il va falloir gérer simplement. Le consommateur souhaite un « confort durable » qui prend en compte non seulement son chauffage, la production d’eau chaude, mais aussi la régulation et la gestion de l’environnement habité. Et ce dernier va aussi subir bien des transformations. Ainsi par exemple cette réalisation à la forme d’escargot géométrique (photo) qui illustre une simplicité du design et une intégration harmonieuse du bâtiment dans son environnement. Les jeux de couleurs entre le cuivre flamboyant et les verrières translucides créent des effets de lumière qui font de ce projet l’un des plus originaux du moment. Le monde du bâtiment va connaître de véritables séismes culturels.
Bruno de Latour
Pour lire toute la lettre abonnez-vous.
dn221g