Le Thermostat

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Le , terme « thermostat » a été développé par Albert Butz en 1886, fondateur de la société Honeywell, pour commander une trappe d’arrivée d’air sur une chaudière à charbon et ainsi « réguler » sa température. Associé à une horloge en 1906, le thermostat à horloge est à l’origine de la programmation temporelle de la « régulation ».
A cette époque, le terme « réguler » n’était pas connu ni défini comme de nos jours, même si le « régulateur à boules » de James Watt date de 1767. Applicable à la machine à vapeur, il s’agissait d’un système de commande destiné à maintenir constante la valeur d’une grandeur quelconque – ici la quantité de vapeur souhaitée constante – quelles que soient les perturbations qui pourraient la faire varier. Ces avancées technologiques ont abouti à la naissance d’une science multidisciplinaire : la cybernétique.
La cybernétique est la science des mécanismes autogouvernés et du contrôle. Inventé en 1947 par le mathématicien américain Norbert Wiener, ce terme promeut une vision unifiée des domaines naissants de l’automatique, de l’électronique et de la théorie mathématique de l’information, en tant que « théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l’animal que dans la machine » (selon le titre de l’œuvre fondatrice de Norbert Wiener). Elle permet de mettre en évidence le « feedback » (ou rétroaction) comme phénomène indispensable pour concevoir une logique d’autorégulation, nommée aussi une boucle de régulation.
On peut décrire l’automatique tel que suit (source : ESSI Polytech Nice Sophia) :
thermostat
ANALYSE DU MARCHÉ DES « THERMOTSATS CONNECTES »
On peut s’interroger sur les raisons qui conduisent d’une part des acteurs légitimes de la régulation ayant une expérience éprouvée dans le chauffage et d’autre part à celles des nouveaux entrants, à développer ce nouveau marché. Il semble que la motivation principale de ces derniers est plus d’obtenir et d’utiliser des données parfois confidentielles que de mettre en place des algorithmes de régulation, de programmation et d’optimisation. Il est même possible que le nom de ces « objets connectés thermostats » soit un abus de langage…
En fonction d’éléments disponibles publiquement, cette analyse permet de distinguer :
A) Les différents modèles de « thermostats connectés » sur le marché français
A ce jour, on peut recenser 46 modèles de « thermostats connectés » commercialisés ou en cours de commercialisation en France, et 63 à l’échelle mondiale.
B) Les technologies de liaison vers le phénomène physique traité :
Type(s) d’équipement(s) commandé(s)
Les modèles sont très variés mais on peut distinguer ceux qui commandent un seul équipement et ceux qui en commandent plusieurs.
De plus, l’interface avec l’équipement agit le plus souvent à un seul niveau de la chaine de transformation de l’énergie (i.e. génération, stockage, distribution, émission), le plus souvent génération ou émission, mais aussi à plusieurs niveaux dans certains cas.

Domotique News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche

Recherchez un article par mot-clé:​

Le mensuel

Domotique News, éditée depuis 1988, est la première lettre des espaces de vie intelligents en Europe.

Vous voulez découvrir un exemplaire de notre revue et rejoindre nos newsletter?

Suivez-nous sur les réseaux

Articles récents

Commentaires récents

Rejoignez notre newsletter

Et recevez nos actualités, directement dans votre boîte mail !

Retour haut de page